© Charles Courtney Curran

© Charles Courtney Curran

.

Après quelque temps, Tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme. Et tu apprendras que aimer ne signifie pas s’appuyer, et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.

Tu commenceras à apprendre que les baisers ne sont pas des contrats, ni des cadeaux, ni des promesses…

Tu commenceras à accepter tes échecs la tête haute, comme un adulte, et non avec la tristesse d’un enfant.

Et tu apprendras à construire aujourd’hui tes chemins, parce que le terrain de demain est incertain, et ne garantit pas la réalisation des projets, et que le futur a l’habitude de ne pas tenir ses promesses.

.

© Charles Courtney Curran

© Charles Courtney Curran

.

Après un certain temps, Tu apprendras que le soleil brûle si tu t’y exposes trop. Tu accepteras le fait que même les meilleurs peuvent te blesser parfois, et que tu auras à leur pardonner.

Tu apprendras que parler peut alléger les douleurs de l’âme. Tu apprendras qu’il faut beaucoup d’années pour bâtir la confiance, et à peine quelques secondes pour la détruire, et que, toi aussi, tu pourrais faire des choses dont tu te repentiras le reste de ta vie.

Tu apprendras que les vraies amitiés continuent à grandir malgré la séparation. Et que ce qui compte, ce n’est pas ce que tu possèdes, mais qui compte dans ta vie. Et que les bons amis sont la famille qu’il nous est permis de choisir.

Tu apprendras que nous n’avons pas à changer d’amis, si nous acceptons que nos amis changent et évoluent. Tu expérimenteras que tu peux passer de bons moments avec ton meilleur ami en faisant n’importe quoi, ou en ne rien faisant, seulement pour le plaisir de jouir de sa compagnie.

.

© Charles Courtney Curran

© Charles Courtney Curran

.

Tu découvriras que souvent nous prenons à la légère les personnes qui nous importent le plus ; et pour cela nous devons toujours dire à ces personnes que nous les aimons, car nous ne savons jamais si c’est la dernière fois que nous les voyons…

Tu apprendras que les circonstances, et l’ambiance qui nous entoure, ont une influence sur nous, mais que nous sommes les uniques responsables de ce que nous faisons. Tu commenceras à comprendre que nous ne devons pas nous comparer aux autres, sauf si nous désirons les imiter pour nous améliorer.

Tu découvriras qu’il te faut beaucoup de temps pour être enfin la personne que tu désires être, et que le temps est court…

Tu apprendras que si tu ne contrôles pas tes actes, eux te contrôleront. Et qu’être souple ne signifie pas être mou ou ne pas avoir de personnalité : car peu importe à quel point une situation est délicate ou complexe, il y a toujours deux manières de l’aborder.

Tu apprendras que les héros sont des personnes qui ont fait ce qu’il était nécessaire de faire, en assumant les conséquences.

Tu apprendras que la patience requiert une longue pratique. Tu découvriras que parfois, la personne dont tu crois qu’elle te piétinera si tu tombes, est l’une des rares qui t’aidera à te relever. Mûrir dépend davantage de ce que t’apprennent tes expériences que des années que tu as vécues.

Tu apprendras que tu tiens beaucoup plus de tes parents que tu veux bien le croire.

Tu apprendras qu’il ne faut jamais dire à un enfant que ses rêves sont des bêtises, car peu de choses sont aussi humiliantes ; et ce serait une tragédie s’il te croyait, car cela lui enlèverait l’espérance !

.

© Charles Courtney Curran

© Charles Courtney Curran

.

Tu apprendras que, lorsque tu sens de la colère et de la rage en toi, tu en as le droit, mais cela ne te donne pas le droit d’être cruel. Tu découvriras que, simplement parce que telle personne ne t’aime pas comme tu le désires, cela ne signifie pas qu’elle ne t’aime pas autant qu’elle en est capable : car il y a des personnes qui nous aiment, mais qui ne savent pas comment nous le prouver… Il ne suffit pas toujours d’être pardonné par les autres, parfois tu auras à apprendre à te pardonner à toi-même…

Tu apprendras que, avec la même sévérité que tu juges les autres, toi aussi tu seras jugé et parfois condamné… Tu apprendras que, peu importe que tu aies le cœur brisé, le monde ne s’arrête pas de tourner.

Tu apprendras que le temps ne peut revenir en arrière. Tu dois cultiver ton propre jardin et décorer ton âme, au lieu d’attendre que les  autres te portent des fleurs…

Alors, et alors seulement, tu sauras ce que tu peux réellement endurer ; que tu es fort, et que tu pourrais aller bien plus loin que tu le pensais quand tu t’imaginais ne plus pouvoir avancer ! C’est que réellement, la vie n’a de valeur que si tu as la valeur de l’affronter !

.

barre rose 1

William Shakespeare

.

Charles Courtney Curran  - Perfume of Roses

Charles Courtney Curran – Perfume of Roses

.

Charles Courtney Curran est un peintre américain impressionniste (né1861 à Hartford dans le Kentucky, mort en1942 à New York).

 

En 1881, à l’âge de 20 ans, Charles Courtney Curran quitte son Kentucky natal et s’installe à Sandusky, dans l’Ohio. Il étudie durant une année à la « Cincinnati School of Design », puis il part à New York.

Dans cette ville, il s’inscrit à la « National Academy of Design et à l’Art Students League » ; ses participations à des expositions où ses tableaux sont remarqués sont les débuts d’une brillante carrière.

Afin de parfaire sa formation, il vient étudier à Paris où, de 1888 à 1902, il est l’élève, à l’Académie Julian, de Jean-Joseph Benjamin-Constant , Jules Joseph Lefebvre et Henri-Lucien Doucet.

 À New York, Curran devient lui aussi un enseignant au Pratt Institute, à la Cooper Union et à la National Academy of Design

Souvent comparé à ses compatriotes américains impressionnistes Mary Cassatt, Frank Benson, et Edmund Charles Tarbell ,il est surtout connu pour ses paysages panoramiques mettant en  vedette de jeunes femmes et des enfants, Curran a également peint de nombreux portraits et a créé une série d’œuvres montrant les temples impériaux de Pékin. 

Durant près de trente ans, jusqu’à sa mort en 1942, Curran a partagé son temps entre Cragsmoor et la ville de New York. 

.

© Charles Courtney Curran - Lady with a bouquet (Snowballs) 1890

© Charles Courtney Curran – Lady with a bouquet (Snowballs) 1890

barre fleursrose

.

.

Charles Courtney Curran.

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

"

  1. lolotte dit :

    j ai été surprise par l’écho qui raisonne en moi à la lecture de ce texte et à sa justesse et bien que j en ai saisi tout son sens j ‘avoue avoir grande peine à mettre en pratique (les marquent de l’enfance restent indélébiles même si on en connait les causes et les aboutissement (un peu comme le chien de Pavlov ).
    J aime énormément les tableaux de cet artiste .La pureté , le romantisme et la sérénité qui s’en dégagent
    Merci à toi Mimsy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s