pangu

I

Avant que le Monde soit Monde, l’univers ressemblait à un grand oeuf où se mêlait le Ciel et la Terre, l’Obscurité et le Chaos. Pangu y dormait profondément.

Dix-huit milles ans après notre géant se réveilla.

En ouvrant les yeux, il ne rencontra que l’obscurité. La sensation d’étouffement et d’ennui qu’il éprouva le mit dans une colère terrible. Il ouvrit ses énormes mains, souleva ses bras colossaux et, de toutes ses forces, donna un énorme coup sur la paroi. Dans un bruit de tonnerre, l’oeuf se brisa en deux, et tous ses éléments, figés depuis des milliers et des milliers d’années, se répandirent en tous sens.

Dans l’agitation qui suivit, les éléments légers et transparents s’élevèrent doucement et se dispersèrent peu à peu pour former le Ciel, tandis que les éléments lourds et gluants descendirent et se déposèrent pour former la Terre. Debout entre le Ciel et la Terre, Pangu poussa un long soupir de soulagement et se sentit beaucoup plus à l’aise.

Le Ciel et la Terre étaient séparés. Mais, craignant qu’ils se réunissent à nouveau, Pangu leva les bras pour soutenir le Ciel qui lui pesait sur la tête.

Le Ciel et la Terre grandirent à raison de trois mètres par jour, au même rythme que Pangu.

Dix-huit milles ans s’écoulèrent encore. Le Ciel était déjà très haut, la Terre très épaisse, et la taille de Pangu atteignait quelque quarante cinq milles kilomètres !
Grâce à la force prodigieuse de Pangu, le Ciel et la Terre avaient été créés, et les efforts qu’il avait consacrés à séparer le Ciel et la Terre éliminaient tout risque de les voir à nouveau se réunir.

L’aspect obscur et chaotique de l’univers n’était plus qu’un lointain souvenir. Hélas, épuisé par ses travaux de création, notre géant finit par mourir de fatigue.

II

Pangu espérait créer, après la séparation du Ciel et de la Terre, un monde rayonnant et magnifique, éclairé par le Soleil et la Lune, surmonté de montagnes, habité par des hommes et d’autres êtres vivants. Mais il s’éteignit sans pouvoir achever cette oeuvre grandiose.

Or, il advint qu’à la mort du génie créateur, son corps se métamorphosa entièrement :
Son souffle se transforma en brise printanière donnant vie aux êtres vivants, en nuages et en brumes suspendus dans le ciel et sa voix se changea en tonnerre secouant le Ciel et la Terre.
Son oeil gauche devint un Soleil flamboyant, son oeil droit, une Lune claire. Ses cheveux et sa barbe se changèrent en une multitude d’étoiles.
Ses quatre membres et son corps devinrent cinq hautes montagnes s’élevant jusque dans les nuages et s’étendant à l’Est, au Sud, à l’Ouest et au Nord de la Terre.
Son sang se transforma en fleuves et en rivières impétueux, et ses veines en routes courant dans toutes les directions.
Ses muscles devinrent des champs fertiles, ses dents, ses os et sa moelle se cristallisèrent en perles, en jade et en minéraux précieux.
Les poils de sa peau se métamorphosèrent en prairies et en forêts tapissant toute la Terre, et sa sueur tomba en rosée et en pluie arrosant la végétation.
Un monde splendide et merveilleux fut ainsi créé grâce à la force prodigieuse et à l’esprit d’abnégation du géant Pangu.

Quant à l’humanité, on dit qu’elle serait née de l’âme du géant après sa mort. Ainsi pouvons-nous prétendre être chacun les descendants légitimes du géant Pangu, créateur du Ciel et de la Terre.

Il n’est donc pas étonnant que l’espèce humaine se soit rendue maître de tous les autres êtres vivants et qu’elle soit restée aujourd’hui la plus apte dans la transformation de la nature, la plus intelligente, la plus clairvoyante et la plus forte de l’univers.

pangu1

Ce dieu serait né de la rencontre du yin et du yang, les deux forces primordiales de l’univers.

Personnage de la mythologie chinoise présenté comme le premier être sorti du chaos originel, séparateur du ciel et de la terre, et dont le corps géant est devenu à sa mort le monde et les hommes qui y vivent.

C’est également un dieu taoïste, le premier des Trois Purs

Hymne à la Terre

Mother Earth © Jenness Cortez-Perlmutter

Mother Earth © Jenness Cortez-Perlmutter

La Terre – Hymne

Elle est la terre, elle est la plaine, elle est le champ.
Elle est chère à tous ceux qui sèment en marchant ;
Elle offre un lit de mousse au pâtre ;
Frileuse, elle se chauffe au soleil éternel,
Rit, et fait cercle avec les planètes du ciel
Comme des soeurs autour de l’âtre.

Elle aime le rayon propice aux blés mouvants,
Et l’assainissement formidable des vents,
Et les souffles, qui sont des lyres,
Et l’éclair, front vivant qui, lorsqu’il brille et fuit,
Tout ensemble épouvante et rassure la nuit
A force d’effrayants sourires.

Gloire à la terre ! Gloire à l’aube où Dieu paraît !
Au fourmillement d’yeux ouverts dans la forêt,
Aux fleurs, aux nids que le jour dore !
Gloire au blanchissement nocturne des sommets !
Gloire au ciel bleu qui peut, sans s’épuiser jamais,
Faire des dépenses d’aurore !(…)

(…)La terre fut jadis Cérès, Alma Cérès,
Mère aux yeux bleus des blés, des prés et des forêts ;
Et je l’entends qui dit encore :
Fils, je suis Démèter, la déesse des dieux ;
Et vous me bâtirez un temple radieux
Sur la colline Callichore.

 

Paris. – 12 août 1873.

 Victor Hugo 

Gaia © Lise Hunt

Gaia © Lise Hunt

Le Ciel et la Terre

En ce temps-là ,il n’y avait pas encore d’hommes dans le monde ou le ciel et la terre formaient un ménage uni et heureux. Le ciel et la terre eurent cinq enfants:

le roi Soleil, le roi Lune, le roi Feu, le roi Vent et le roi Brouillard.

Tout alla bien tant que les enfants furent petits. Mais en grandissant les rois commencèrent a se disputer parce que le ciel et la terre avaient aménagé entre eux un espace qui leur paraissait trop étroit, chacun voulant avoir sa propre demeure…

Les querelles se succédèrent. 

A la fin les enfants finirent par s’attaquer à leurs parents responsables à leurs yeux.
le roi Lune se précipita sur sa mère la terre essayant de la pousser au loin pour la séparer davantage du Ciel.

Il fut trop faible pour réussir.

Dans le même but ,le roi Brouillard et le Roi Feu  attaquèrent leur père, sans plus de succès.

Mais le Roi Soleil se fâcha et s’en prit lui aussi a la terre, qui commença à chanceler. Si bien que le roi vent, profitant de cette faiblesse s’élança a son tour.

Soufflant de toutes ses forces, il réussit à séparer fortement ses parents l’un de l’autre…

Apres ce résultat les cinq rois recommencèrent à se quereller ,chacun voulant prendre la meilleure place dans l’espace nouveau qui venait de se créer.

Ou s’installer? Qui resterait plus près de leurs mère la terre et qui suivrait le ciel? 

Pas moyen de s’entendre. Alors c’est la terre qui décida:

– Vous ,le roi Soleil, roi Lune et roi  Vent vous avez attaqué votre mère  Allez-vous-en!

Vous, roi Brouillard et roi Feu , restez avec moi.

Les cinq fils obéirent. Depuis ce temps là, terre et ciel sont séparés et les enfants sont en conflit perpétuel dans l’espace.

Breath Gaia © Josephine Wall

Breath Gaia © Josephine Wall

Ô terre, dans ta course immense. 

Ô terre, dans ta course immense et magnifique,
L’Amérique, et l’Europe, et l’Asie, et l’Afrique
Se présentent aux feux du Soleil tour à tour ;
Telles, l’une après l’autre, à l’heure où naît le jour,
Quatre filles, l’amour d’une maison prospère,
Viennent offrir leur front au baiser de leur père.

Victor Hugo.

Vangelis – Beautiful Planet Earth 

mettre en HD 720p

Peace On Earth ©  Renie Britenbucher

Peace On Earth © Renie Britenbucher

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s