Myosotis

myosotis LIGNE

Une incontournable des bordures et des jardinières qui égaient nos printemps. Son feuillage forme une touffe verte et velue plus ou moins haute, ne dépassant guère 30 cm de hauteur. Les feuilles ovales se regroupent en rosette ou s’agrippent aux tiges florales.


Dans le langage des fleurs, le myosotis signifie l’ amour sincère mais aussi l’inquiétude de ne plus être aimé. Symbole de l’harmonie du monde…

Myosotis bleu ҉ Souvenir fidèle, ne m’oublie pas.

҉

Oreille de souris, fleur du souvenir, scorpione, grémillet ,herbe d’amour voilà les multiples noms de cette fleur des montagnes

Le myosotis est une petite fleur de campagne modeste et fragile aux tons bleus

Symbole de limpidité de pureté une fleur au nom étrange, évoquant le monde animal

Regardez bien un myosotis ,observez la forme des feuilles vous verrez alors se dessiner comme des petites oreilles de souris duveteuses

 

Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé, 1885

Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé, 1885

.

On dirait une petite étoile bleue, une fleur pleine de charme et d’élégance :elle se dresse sur une tige haute et altière et attire irrésistiblement les regards…

Le bleu de sa fleur peut prendre des nuances variées et infinies imitant la couleur de l’azur…

Plante vivace ou annuelle de la famille des Borraginacées, dont les petites fleurs sont généralement bleues.

Le myosotis passa longtemps pour être un antidote au venin des serpents et des scorpions


Le myosotis a essentiellement une action anti-inflammatoire, tonique et sédative. On utilise ses sommités fleuries et ses feuilles que l’on conserve en gros bouquets suspendus.

Une fois séché, le myosotis constitue un bon succédané du mélilot, utilisé pour traiter les infections des yeux.
Fortement associé au traitement des voies respiratoires, on en tire un sirop prescrit pour soigner les affections pulmonaires.
Très riche en sels de potassium, le myosotis était recommandé comme anti-asthénique

Le myosotis est une plante mellifère

myosotis LIGNE

Le myosotis est associé aussi à une belle légende germanique d’amour du Moyen âge

Il était une fois, près de Brisach, un noble chevalier qui résolut de partir en croisade.

Il prit la route de Spire pour rejoindre Bernard de Clervaux et passa, le soir venu, devant un château près des bords du Rhin.

Il demanda l’hospitalité pour la nuit. Ce qu’on lui accorda avec une grande générosité.

Le châtelain avait une fille d’une exceptionnelle beauté qui répondait au nom de Berthe.

Entre le preux chevalier et la jeune fille au cœur doux et aimant, l’amour fut immédiat .

Et quand sonna l’heure du départ, les adieux touchants furent scellés par des promesses d’amour et de fidélité.

Sur la route de Palestine, le chevalier ne songeait qu’à la douce Berthe.

Et quand il arriva, ni le soleil de l’Orient, ni les combats ne purent effacer la fraîcheur bleue des yeux de sa belle.

Pendant le repos, il soupirait douloureusement à l’ombre d’un palmier, tandis que dans le château paternel, Berthe brodait assise à la fenêtre, les yeux perdus sur les rives embrumées du Rhin.

Un jour de sanglante mêlée, le chevalier, blessé, fut capturé par les Infidèles. Dans sa prison, songeant à la liberté perdue et à sa lointaine adorée, il fit vœu d’ériger une chapelle en l’honneur de la Vierge Marie, s’il retournait dans sa patrie.

La Vierge sembla prêter une oreille attentive à son vœu, car, peu de temps après, le chevalier fut délivré par les croisés qui avaient repris la ville d’assaut.

Il s’embarqua sur le premier vaisseau en partance pour sa douce France.

« Dépêche-toi, navire, je veux revoir ma mie qui m’attend sur les bords du Rhin ». 

A peine débarqué, il cavale comme un fou, épuisant son fidèle coursier, bravant tous les dangers, traversant les sombres forêts de nuit, s’arrêtant à peine quelques heures pour laisser souffler sa monture.

Les bords du Rhin—-enfin—-le château, la silhouette de Berthe.

Les amants tombent dans les bras l’un de l’autre. Contre le cœur du chevalier palpite celui de Berthe.

Les noces se préparent

La veille de leur mariage, ils sont assis au bord du Rhin, abandonnés à leurs rêveries.

C’est le crépuscule et le soleil, de plus en plus bas, frôle les eaux argentées du fleuve.

On entend parfois un battement d’aile, un rire d’enfant, le bourdonnement des premières abeilles lourdes de pollen.

Avec un sourire, Berthe se tourne vers son fiancé et lui demande, en souvenir de cette exquise journée, la dernière avant leur mariage, quelques-unes des ces charmantes fleurs bleues qui poussent au bord de l’eau.

Le chevalier, heureux de plaire à la belle Berthe, s’approche de l’eau et se penche pour cueillir les fleurettes.

Mais, son pied glisse et perdant l’équilibre, il tombe dans le fleuve qui se referme sur lui.

Par un effort surhumain, il réussit à revenir à la surface et à lancer d’une main déjà raidie par le froid, le fatal bouquet.

« Vergiss mich nicht… » (Ne m’oubliez pas) crie-t-il dans un suprême adieu.

Entraîné par les flots, il disparaît pour toujours.

Folle de douleur, Berthe alla ensevelir au fond d’un couvent sa vie brisée et sa rare beauté.

Jusqu’à son dernier soupir, elle conserva contre sa peau le bouquet de fleurs bleues.

Depuis ce temps, on donne à ses fleurs appelées myosotis, le surnom de « Vergiss mich nicht »,  (ou vergissmeinnicht, ne m’oubliez pas.)

 ҉

myosotis Sea_of_Blues

.

Une légende persane rapporte pour sa part qu’un ange, s’étant amouraché d’une mortelle, fut chassé du paradis et dut, pour sa peine, semer le myosotis aux quatre coins du monde.

Une fois sa tâche accomplie, il revint avec sa compagne couronnée des mêmes fleurs dont ils avaient émaillé la terre et retrouva près d’elle, devenue immortelle à son tour, la paix éternelle.

~ © C.M. Barker ~

~ © C.M. Barker ~

Minuscules et bleues, là où l’herbe pousse,
Mes fleurettes agitent
Leurs jolies frimousses.

Tout au bord de l’eau ou dans les jardins,
Mes grandes soeurs palpitent,
Du soir au matin.

Les jardins, moi, je ne les connais pas,
Mais même petite,
Ne m’oubliez pas.

~ C.M. Barker ~

҉

Emblèmes et symboles

En 1948, le myosotis fut adopté comme emblème maçonnique à la première conférence annuelle de la Grande Loge Unie d’Allemagne, des Maçons anciens francs & acceptés. La fleur, souvent représentée comme pictogramme, rappelle le souvenir de tous ceux qui ont souffert au nom de la Franc-Maçonnerie spécialement durant la période nazie

҉

Le myosotis est aussi devenu le symbole de la Société Alzheimer . Il symbolise la perte de mémoire

symbole de la société Alzheimer

Le Myosotis

Ayant perdu toute mémoire
Un myosotis s’ennuyait
Voulait-il conter une histoire ?
Dès le début, il l’oubliait.
Pas de passé, pas d’avenir,
Myosotis sans souvenir.

Robert Desnos, Chantefleurs

myosotis LIGNE

Il est aussi le symbole de la Journée internationale des enfants disparus, (25 mai) en 1983 par le président des États-Unis d’Amérique

Depuis 2002, Child Focus (Fondation belge pour enfants disparus et sexuellement exploités, membre de Missing Children Europe) relaye et organise, chaque année, cette journée.

À cette occasion, en Belgique, des myosotis sous forme de broches ou d’autocollants, et des sachets de graines de cette petite fleur bleue sont distribués gratuitement

Le but est d’encourager la population à penser à tous les enfants portés disparus dans le monde et répandre un message d’espoir et de solidarité envers les parents qui sont sans nouvelles de leur enfant.

Ces deux dernières utilisations viennent du surnom du myosotis.

Myosotis était également le nom d’une naïade de l’Antiquité.

҉

© FW Schmidt.

© FW Schmidt.

La source

Tout près du lac filtre une source,
Entre deux pierres, dans un coin ;
Allègrement l’eau prend sa course
Comme pour s’en aller bien loin.(…)

(…)Les myosotis aux fleurs bleues
Me disent : Ne m’oubliez pas !
Les libellules de leurs queues
M’égratignent dans leurs ébats ; (…)

Théophile Gautier

҉

myosotis art1

҉

La légende du myosotis

Il y a bien longtemps, une plante fine et élégante redressait péniblement ses tiges alourdies par l’orage qui venait de sévir. Après quelques étirements, enfin ses fleurettes diaphanes se tournèrent vers le soleil réapparu. A leur grand étonnement, elles s’aperçurent qu’elles se trouvaient en dessous mais alors juste en dessous d’un arc-en-ciel.

Elles en avaient déjà vu, bien sûr, mais loin, à l’horizon. Il leur sembla bien que les lois naturelles aient été quelque peu bousculées mais pourquoi s’en étonner ?

Bavardes, elles se mirent à lui conter tous les potins du jardin : Mollo, l’escargot avait repeint sa coquille couleur abricot ; La coccinelle point 5, la coquette, se frottait sans cesse les élytres pour les rendre luisantes ; Mimi, la fourmi, avait livré un des œufs, si précieux à demi cassé et mal lui en avait pris.

Les rayons du soleil, vainqueurs des nuages, diffusaient une chaleur plus forte et l’arc-en-ciel sentit qu’il palissait. Juste avant de disparaître, il cria à ses amies : « Je reviendrai, ne m’oubliez pas. »

Les fleurettes étaient toutes tristes de son départ, et c’est alors qu’elles s’aperçurent avec ravissement qu’elles étaient, à l’instar de leur ami, tout irisées.

Depuis ce jour, les gens désignent les myosotis par le joli nom de « Ne m’oubliez pas », ce qui est plus poétique que « oreilles de souris » leur ancienne appellation.

☆҉

 

Myosotis1a

҉

Myosotis

 

J’aime les étangs et j’habite

Partout où l’eau se creuse un lit.

Ma fleur d’un bleu pâle s’agite

Au moindre vent, au moindre bruit.

Ma coupe d’or est si petite

Qu’une larme d’oiseau l’emplit. 

Alphonse de Lamartine

Une chanson . ҉ Le myosotis – Georges Brassens.

҉

myosotis5

҉

Le myosotis

Sur mon front – comme Marguerite –
Je porte mon secret écrit ;
J’aime les mares, et j’habite
Partout ù l’eau se creuse un lit.

Ma fleur, d’un rare bleu, s’agite
Au moindre vent, au moindre bruit ;
Ma coupe d’or est si petite,
Qu’une larme d’oiseau l’emplit.

Je n’ai ni senteur, ni richesse;
Et si près de moi l’on s’empresse,
Si l’on m’interroge tout bas ;
C’est que ma corolle, inquiète,
En pensant aux absents répète
Ces trois mots : Ne m’oubliez pas!

Antonio Spinelli

 

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s