© Frederick Goodall  Sheep Shearing in Egypt

© Frederick Goodall Sheep Shearing in Egypt

La jeune fille ne resta pas longtemps dans l’arbre.

Un jeune homme aux pendants d’oreilles en argent qui passait par là l’appela :  » Que fais-tu là-haut ?  »  » J’ai trouvé une aiguille dans une botte de foin. Je l’ai donnée à mon père, qui en avait besoin pour coudre une ceinture. Par malchance, il l’a cassée, alors il m’a donné un melon pour me dédommager. Maman a mangé le melon, mais elle m’a donné en échange du miel. Mes frères ont mangé le miel et ils m’ont donné une hache. Cette hache, le bûcheron l’a brisée en abattant un arbre. Alors, il m’a donné un gâteau que les faisans ont picoré. Les faisans m’ont donné leurs plus belles plumes que les enfants du village ont cassées. Les enfants m’ont donné du lait de brebis que le chat a bu. Le chat s’est sauvé dans l’arbre, je l’ai suivi et maintenant je ne sais pas descendre. « 

.

© Frederick Goodall  The Water of the Nile

© Frederick Goodall The Water of the Nile

.

Le jeune homme aux pendants d’oreilles en argent dit :  » Ne crains rien, je vais t’aider !  »

Il rassembla une botte de foin sous l’arbre et invita la jeune fille à sauter. Celle-ci poussa un cri en touchant le sol :  » Aie !  » Elle s’était enfoncé une aiguille dans le pied.  » Donne-moi cette aiguille « , demanda le jeune homme. Elle la lui donna et il s’en alla au village.

L’épouse du chef était en train de coudre une robe devant sa maison. En enfilant l’aiguille, elle la laissa tomber et la perdit. La femme du chef soupira :  » Quelle malchance ! je n’ai pas d’autre aiguille !  »  » Je vais t’en donner une, à condition que tu me donnes un poulet en échange « , proposa le jeune homme.  » Un poulet contre une aiguille ?  » s’étonna la femme. Mais le jeune homme insista :  » Oui, un poulet contre une aiguille !  » Que représente un poulet aux yeux d’une épouse de chef riche ?

La femme rit et donna un beau poulet au jeune homme, car elle voulait continuer sa couture. Le jeune homme aux pendants d’oreilles en argent prit le poulet et le porta à la jeune fille.  » J’ai échangé l’aiguille contre un poulet. Fais-le rôtir, mange-le, mais garde-m’en une cuisse.  » La jeune fille fit rôtir le poulet et le mangea, mais elle mit de côté une cuisse pour le jeune homme.

.

© Frederick Goodall Unloading Cotton on the Nile

© Frederick Goodall Unloading Cotton on the Nile

.

Celui-ci la prit et s’en alla à la ville. En chemin, il rencontra un chef, accompagné de quelques cavaliers. Le jeune homme se mit à crier :  » J’échange une cuisse de poulet contre un cheval ! J’échange une cuisse de poulet contre un cheval !  » Les cavaliers rirent et continuèrent leur chemin. L’un d’entre eux, cependant, celui qui montait un beau cheval blanc, s’arrêta, prit la cuisse des mains du jeune homme et la mangea. Il jeta l’os et déclara en riant :  » Maintenant, tu ne pourras plus échanger la cuisse contre un cheval !  » Sur ce, il s’en alla au galop.

.

© Frederick Goodall 1872  Waiting for the Boat Gulf of Suez

© Frederick Goodall 1872 Waiting for the Boat Gulf of Suez

.

Le jeune homme suivit le groupe en courant. Lorsque le chef donna l’ordre de s’arrêter pour se reposer, il se présenta devant lui et lui parla hardiment :  » Tu as tort de laisser tes hommes voler les pauvres gens !  » Le chef fronça les sourcils :  » Qui a volé les pauvres gens ?  » cria-t-il.  » Le cavalier au cheval blanc. Il a pris ma cuisse de poulet sans payer ce que j’ai demandé.  » Le chef appela le cavalier :  » Est-il vrai que tu as pris la cuisse de poulet de ce jeune homme ?  »  » Oui, c’est vrai.  »  » Lui as-tu payé ce qu’il a demandé en échange ?  »  » Non. Il demandait un cheval pour sa cuisse de poulet.  » Le chef se renfrogna davantage :  » Si tu trouvais le prix excessif, tu n’avais qu’à ne pas manger la cuisse. Maintenant, donne-lui ton cheval et continue à pied. « 

.

© Frederick Goodall   Sheik s Daughter Sowing the Dourah

© Frederick Goodall Sheik s Daughter Sowing the Dourah

.

Le cavalier donna son cheval au jeune homme, qui l’enfourcha et retourna dans son village. Il alla voir la jeune fille à la cruche et lui dit :  » Voici le cheval. Demain, je l’échangerai contre un chat.  » Le lendemain, le jeune homme se rendit chez une pauvre veuve qui vivait tout au bout du village. La veuve avait une chatte qui venait justement d’avoir sept chatons.  » M’échangerais-tu un chaton contre mon cheval ?  » demanda le jeune homme à la veuve. Celle-ci n’en croyait pas ses oreilles :  » Je te les donnerai tous les sept, si tu veux, même avec leur panier.  »

Le jeune homme prit le panier de petits chats et retourna auprès de la jeune fille à la cruche.  » J’échangerai ces chats contre quarante-neuf esclaves « , décida-t-il, puis il se mit en route pour le pays voisin. Le peuple de ce pays souffrait d’une terrible famine : les souris y proliféraient et mangeaient tout le blé qu’on y récoltait.

.

© Frederick Goodall  Early Morning in the Wilderness

© Frederick Goodall Early Morning in the Wilderness

.

Le jeune homme aux pendants d’oreilles en argent s’adressa au peuple de ce pays :  » Si vous me donnez quarante-neuf esclaves, je vous débarrasserai de ces maudites souris !  » Le malheureux peuple accepta sa proposition et le jeune homme lâcha ses chats. En une semaine, toutes les souris disparurent.

Le jeune homme rassembla ses esclaves et revint auprès de la jeune fille.  » Vois-tu ces esclaves ? je les échangerai contre un mort !  » Dès le lendemain, Le jeune homme se remit en route, accompagné de ses esclaves. Il dut marcher longtemps avant d’arriver dans un lointain pays dont le roi était mort depuis une semaine. Ses sept fils, occupés à se disputer le pouvoir, oublièrent le défunt et ne pensèrent même pas à l’enterrer.

.

 © Frederick Goodall  Subsiding of the Nile

© Frederick Goodall Subsiding of the Nile

.

Le jeune homme leur dit :  » Donnez-moi la dépouille de votre père le roi et je vous donnerai mes esclaves. Je lui ferai des funérailles avec tous les honneurs qui lui sont dus.  » Les frères, heureux de cette aubaine, donnèrent le défunt au jeune homme qui lui fit des funérailles dignes d’un roi.

Dans la nuit, le roi défunt apparut en rêve au jeune homme :

 » Je ne te connais même pas et pourtant, tu t’es comporté avec moi mieux que mes fils ingrats. Aussi, je vais te révéler l’endroit où j’ai caché tous mes trésors et tu seras le futur roi de ce pays.  »

Et en effet, le défunt révéla au jeune homme aux pendants d’oreilles en argent la cachette de tous ses trésors. Celui-ci les déterra et prépara un somptueux festin pour tout le peuple en honneur du roi défunt. Les gens vinrent, mangèrent, burent et s’amusèrent. Puis, ils déclarèrent :  » Ce généreux jeune homme sera désormais notre roi !  » Sitôt dit, sitôt fait. Le peuple chassa les fils indignes de l’ancien roi et porta au trône le jeune homme aux pendants d’oreilles en argent , qui se maria avec la jeune fille qui portait la cruche sur la tête.

Conte Haoussa

.

 ©Frederick Goodall The Ford to the Village Near the Pyramids, 1884.

©Frederick Goodall The Ford to the Village Near the Pyramids, 1884.

 

Frederick Goodall  « Peintre Orientaliste » est né à Londres en 1822, il est le second fils du graveur Edward Goodall (1795-1870). Il a reçu sa formation à l’ Académie Wellington Road.

Goodall a visité l’Egypte en 1858 et de nouveau en 1870, il a les deux fois voyagé et campé avec bédouins des tribus.

Au Caire, il a vécu dans une maison dans le quartier copte avec Carl Haag. Ensemble, les deux artistes font des expéditions à Gizeh pour dessiner le Nil, le Sphinx et les pyramides,  à Suez et à travers la mer Rouge

Afin de fournir des détails authentiques à ses peintures, Goodall a ramené des moutons et des chèvres d’Egypte. Le thème de l’Egypte a été important  dans son travail, 170 de ses peintures sont exposées à l’Académie royale

 

Frederick Goodall  Spinners and Weavers (détail)

Frederick Goodall Spinners and Weavers (détail)

.

Le désert

Quand le Bédouin qui va de l’Horeb en Syrie
Lie au tronc du dattier sa cavale amaigrie,
Et, sous l’ombre poudreuse où sèche le fruit mort,
Dans son rude manteau s’enveloppe et s’endort,
Revoit-il, faisant trêve aux ardentes fatigues,
La lointaine oasis où rougissent les figues,
Et l’étroite vallée où campe sa tribu,
Et la source courante où ses lèvres ont bu,
Et les brebis bêlant, et les boeufs à leurs crèches,
Et les femmes causant près des citernes fraîches,
Ou, sur le sable, en rond, les chameliers assis,
Aux lueurs de la lune écoutant les récits ?
Non, par delà le cours des heures éphémères,

Son âme est en voyage au pays des chimères.
Il rêve qu’Al-Borak, le cheval glorieux,
L’emporte en hennissant dans la hauteur des cieux ;
Il tressaille, et croit voir, par les nuits enflammées,
Les filles de Djennet à ses côtés pâmées.
De leurs cheveux plus noirs que la nuit de l’enfer
Monte un âcre parfum qui lui brûle la chair ;
Il crie, il veut saisir, presser sur sa poitrine,
Entre ses bras tendus, sa vision divine.
Mais sur la dune au loin le chacal a hurlé,
Sa cavale piétine, et son rêve est troublé ;
Plus de Djennet, partout la flamme et le silence,
Et le grand ciel cuivré sur l’étendue immense

 .

Charles-Marie Leconte de Lisle    

« Dans un marché persan » ,une des œuvres les plus connues d’ Albert William Ketelbey (1875-1959)

Albert William Ketelbey est né à Birmingham, en Angleterre, il a composé de nombreuses pièces de musique .En 1929, il a été élu en Grande Bretagne le plus grand compositeur vivant» Mais son travail est tombé en disgrâce après la Seconde Guerre mondiale, au moment de sa mort , il est retombé dans l’anonymat , seulement une poignée de personnes en deuil à ses funérailles.
Les peintures sont d’Edwin Lord Weeks. Marino, s Choice. Marin van Wakeren

 

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s