soleillune

 

~ * ~ *

« Jadis, il n’y avait ni soleil ni lune dans le ciel.

Seules les étoiles, grandes et lumineuses, éclairaient en permanence la terre. Les gens vivaient comme des frères et sœurs, ils s’entraidaient et partageaient ce qu’ils possédaient. Heureux et contents, ils vécurent ainsi pendant plusieurs milliers d’années.

Mais un jour, les habitants de la terre commencèrent à devenir cupides. Celui qui était riche garda sa richesse pour lui tout seul, celui qui possédait un jardin l’entoura d’un grand mur et celui qui était propriétaire d’une maison la ferma à clé.

Les étoiles en étaient toutes attristées. Elles commencèrent à se retirer de la terre. Il faisait de plus en plus noir.

La peur envahit le cœur des hommes. Les plantes ne voulurent plus pousser et les animaux apprivoisés cessèrent de se reproduire. Les animaux sauvages se cachèrent, de ce fait, les chasseurs ne trouvèrent plus de gibier. La faim et la misère se mirent à régner partout.

Les gens demandèrent alors conseil à une vieille femme pleine de sagesse :

« Que pouvons-nous faire pour qu’il fasse de nouveau clair et que nous ayons de quoi manger? »

La femme répondit : « Il faut trouver quelqu’un dont le cœur soit tellement rempli d’amour qu’il acceptera de donner sa vie pour les autres. Lorsque vous aurez trouvé cette personne, envoyez-la chez moi. »

Alors la tristesse et la peur augmentèrent. Les gens se sentaient perdus car ils ignoraient ce qu’était l’amour. Comment trouver quelqu’un avec tant d’amour ?

Dans une cabane isolée près de la mer vivaient un pêcheur et sa femme. Ils étaient heureux puisqu’ils s’aimaient.

Informé de la grande misère du monde et de la détresse des hommes, le pêcheur dit à sa femme :
« Nous devons les aider. Nous sommes peut-être les seuls à pouvoir le faire parce que nous nous aimons ».

Il alla donc trouver la vieille femme et lui dit : « Je suis prêt à faire tout ce que tu me diras. »

La vieille femme s’assit près du feu, le pêcheur fit de même.

Elle lui tendit un énorme bouclier et lui dit :

« tu dois aller jusqu’au bout du monde et de là, sauter sur l’étoile la plus proche, puis sur la suivante et ainsi de suite jusqu’à la dernière.

Sur chaque étoile tu devras ramasser la première pierre que tu verras et la fixer à ton bouclier. Quand celui-ci sera complètement recouvert de pierres, tu devras le lever. Il donnera alors de la lumière aux habitants de cette terre. »

Le pêcheur s’en alla jusqu’au bout du monde.

Mais arrivé là, il perdit courage car l’étoile la plus proche lui semblait tellement éloignée qu’il lui paraissait impossible de l’atteindre. Il pensa à sa femme qu’il aimait et soudainement il se sentit emporté.

C’est ainsi qu’il vola d’une étoile à l’autre, fixant à chaque fois une pierre à son bouclier.

Lorsque celui-ci fut entièrement recouvert de pierres, il le leva et aussitôt le bouclier se mit à briller. 

C’est ainsi que le soleil apparut dans le ciel.

~ * ~ *

lune et soleil  ©Elizabeth Libraire

Lune et Soleil  ©Elizabeth Libraire

~ * ~ *

Au Pérou, près de la ville de Trujillo, deux lieux de culte

« La huaca de la Luna »  une origine mixte :

le mot huaca est un mot quechua* signifiant, dans le cas présent, un lieu de culte généralement attribué par les Incas aux autres cultes que celui d’Inti, le Sole il. Luna désigne la Lune 

Elle est voisine d’une construction similaire, « La huaca del Sol »

 *quechua , une langue amérindienne de l’Amérique du Sud

~ * ~ *

Huaca-de-la-Luna

Fresque de la « La huaca de la Luna »

~ * ~ *

Home  Yann Arthus-Bertrand – Conquest of paradise

.

~ * ~ *

????

Bali

Notre terre

 ~ *

Terre, dont les âpres rivages
Et les promontoires géants
Refoulent les vagues sauvages
Que soulèvent deux océans ;

Terre qui, chaque avril, émerges,
Toute radieuse, à travers
La cendre de tes forêts vierges
Et la neige de tes hivers ;

Terre richement variée
De verdure et de floraisons,
Que le Seigneur a mariée
Au Soleil des quatre saisons ;

~ *

norvege

Norvège

~ *

Reine des terres boréales,
Qui, sans mesure, donnes l’or,
L’or et l’argent des céréales,
Sans épuiser son grand trésor ;

Terre qui, d’un prime amour veuve,
N’a cessé de donner le sein
Au peuple, qui de toute épreuve,
Échappa toujours, sauf et sain ;

Terre de la persévérance,
Terre de la fidélité,
Vivace comme l’espérance,
Sereine comme un ciel d’été ;

~ *

tanzanie

Tanzanie

~ *

Terre dont la race évolue
En nombre, en verdeur, en beauté,
Notre Terre, je te salue,
Avec amour, avec fierté !

Nérée Beauchemin, Patrie intime

*  

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s