© Germaine Bouret6© Germaine Bouret

.

Dans la maison d’un marchand, de nombreux enfants se réunirent un jour, des enfants de familles riches, des enfants de familles nobles. Monsieur le marchand avait réussi; c’était un homme érudit puisque jadis, il était entré à l’Université. 
Son père qui avait commencé comme simple commerçant, mais honnête et entreprenant, lui avait fait lire des livres. Son commerce rapportait bien et le marchand faisait encore multiplier cette richesse. 
Il avait aussi bon cœur et la tête bien en place, mais de cela on parlait bien moins souvent que de sa grosse fortune.
.
© Germaine Bouret10
© Germaine Bouret
.
Se réunissaient chez lui des gens nobles, comme on dit, par leur titre, mais aussi par leur esprit, certains même par les deux à la fois mais d’autres ni par l’un ni par l’autre. 
En ce moment, une petite soirée d’enfants y avait lieu, on entendait des enfants papoter; et les enfants n’y vont pas par quatre chemins. Il y avait par exemple une petite fille très mignonne mais terriblement prétentieuse; c’étaient ses domestiques qui le lui avaient appris, pas ses parents qui étaient bien trop raisonnables pour cela.
.
© Germaine Bouret2
© Germaine Bouret
.
Son père était majordome, c’était une haute fonction et elle le savait bien.
– Je suis une enfant de majordome, se vantait-elle.
Elle pouvait aussi bien être la fille des Tartempion, on ne choisit pas ses parents. Elle raconta aux autres qu’elle était « noble » et affirma que celui qui n’était pas bien né n’arriverait jamais à rien dans la vie. 
On pouvait travailler avec assiduité, si l’on n’est pas bien né on n’arrivera à rien.
– Et ceux dont les noms se terminent par sen, proclama-t-elle, ne pourront jamais réussir dans la vie. Devant tous ces sen et sen, il n’y a plus que poser ses mains sur les hanches et s’en tenir bien à l’écart ! 
.
© Germaine Bouret1
© Germaine Bouret
.
Et aussitôt elle posa ses jolies petites mains à sa taille, les coudes bien pointus pour montrer aux autres comment il fallait traiter ces gens-là. Quels jolis bras avait-elle! Une petite fille très charmante!
Or, la fille de monsieur le Marchand se mit en colère. C’est que son père s’appelait Madsen et c’est aussi, hélas! un nom en sen; elle se gonfla et déclara avec fierté :
– Seulement mon père peut acheter pour cent écus d’or de friandises et les jeter dans la rue! Et pas le tien !
– Ce n’est rien, mon père à moi, se vanta la fillette d’un rédacteur,, peut mettre ton père et ton père et tous les pères dans le journal ! 
Tout le monde a peur de lui, dit maman, car c’est mon père qui dirige le journal. 
.
© Germaine Bouret7
© Germaine Bouret
.
Et elle leva son petit nez comme si elle était une vraie princesse qui doit pointer son nez en l’air.
Par la porte entrouverte, un garçon pauvre regardait. 
Il était d’une famille si pauvre qu’il n’avait même pas le droit d’entrer dans la chambre. Il avait aidé la cuisinière à faire tourner la broche et, en récompense, on l’autorisait à présent à se placer pour un petit moment derrière la porte pour regarder ces enfants nobles, pour voir comme ils s’amusaient bien; c’était un grand honneur pour lui.
.
© Germaine Bouret12
© Germaine Bouret
.
– Oh, si je pouvais être l’un d’eux ! soupira-t-il.
Puis il entendit ce qu’il s’y disait et cela suffit à lui faire baisser la tête. Chez lui, on n’avait pas un écu au fond du bahut, et on ne pouvait pas se permettre d’acheter les journaux et encore moins d’y écrire. 
Et le pire de tout : le nom de son père, et donc le sien aussi, se terminait par sen, il n’arriverait donc jamais à rien dans la vie. 
Quelle triste affaire ! 
On ne pouvait pourtant pas dire qu’il n’était pas né, pas cela, il était bel et bien né, sinon il ne serait pas là.
Quelle soirée ! 
.
© Germaine Bouret14
© Germaine Bouret
.
Quelques années plus tard, les enfants devinrent adultes. 
Une magnifique maison fut construite dans la ville. Dans cette maison, il y avait plein d’objets somptueux, tout le monde voulait les voir, même des gens qui n’habitaient pas la ville venaient pour les regarder. 
Devinez à quel enfant de notre histoire appartenait cette maison ? 
Et bien, la réponse est facile … ou plutôt pas si facile que ça. 
Elle appartenait au pauvre garçon, parce qu’il était quand même devenu quelqu’un bien que son nom se terminât en sen, il s’appelait Thorvaldsen. 
.
© Germaine Bouret11
© Germaine Bouret
.
Et les trois autres enfants ? 
Ces enfants remplis d’orgueil pour leur titre, l’argent ou l’esprit ? Ils n’avaient rien à s’envier les uns aux autres, ils étaient égaux … et comme ils avaient un bon fond, ils devinrent de bons et braves adultes. 
Et ce qu’ils avaient pensé et dit autrefois n’était que … papotage d’enfants.
.
© Germaine Bouret3
© Germaine Bouret
.
Papotages d’enfants (Conte pour enfants)
.
.
© Germaine Bouret9
© Germaine Bouret
.
Illustrations de © Germaine Bouret 
Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s