grand-m lit une histoires

« Il était une fois… » On jouait ; on s’arrête ;

 Tous les joujoux lâchés quittent la main distraite :

 On s’assoit, bouche bée, en faisant des yeux ronds.

 Grand’mère, qui tricote à petits gestes prompts,

 D’une petite voix commence son ramage,

 Et l’on reste, à l’ouïr, sage comme une image.

 Le conte qu’elle dit, certes, on le connaissait.

.

Grand-m-re

.

C’est le Chaperon-Rouge, ou le Petit Poucet,

 La Belle au bois dormant, le Chat Botté, Peau d’âne,

 Cendrillon, les Souhaits, Barbe-Bleue et soeur Anne,

 Et Riquet à la houppe, et bien d’autres encor.

 Certes, on en sait par coeur l’histoire, le décor,

 Les répliques ; mais comme on aime à les entendre

 Au chevrotement doux monotonement tendre

 De grand-mère qui conte en tricotant son bas

 Et semble quelque fée, elle aussi, de là-bas !

 Soi-même, à ce là-bas, comme on y va, sincère !

.

petit-chaperon-rouge-mini

.

 Quand c’est le loup qui parle, ou bien l’ogre, on se serre

 L’un contre l’autre ; on voit leurs yeux rouges ardents,

 Le trou blanc qu’ouvrent dans la nuit leurs grandes dents.

 Pauvre Chaperon-Rouge, avec son pot de beurre !

 Heureux Petit Poucet ! Lui, sa chance est meilleure ;

 Mais il l’a joliment méritée, en effet ;

 Et s’il coupe le cou de l’ogre, c’est bien fait.

 Ce Riquet à la houppe, en dit-il, des folies !

 Et les princesses donc, ce qu’elles sont jolies !

 Qu’on les veuille épouser toutes, ça se conçoit ;

 Car chacune est toujours la plus belle qui soit,

 Et sa robe est couleur du temps, et tout prospère

 Au royaume enchanté que gouverne le père.

 On y vit dans ce bon royaume ; on le parcourt

 En long, en large ; et tout voyage y semble court,

 Quelques vastes que soient la ville et ses banlieues

 Puisque l’on a chaussé les bottes de sept lieues.

.

Le Chat ruse en faisant le mort pour attraper du gibier sur cette illustration de Carl Offterdinger.

Le Chat ruse en faisant le mort pour attraper du gibier  © Carl Offterdinger 

.

Car on est le Petit Poucet soi-même, sûr,

 Et le Prince Charmant, aussi le Prince Azur,

 Ton aimé, Belle au bois dormant, le tien Peau d’âne,

 Et l’un des cavaliers qu’annonce enfin soeur Anne

 Quand Barbe Bleue aiguise en bas son coutelas.

 « Allons, mes chérubins, vous devez être las »,

 Dit grand’mère, « voilà si longtemps que je conte !

 « C’est assez pour ce soir. Vous avez votre compte… »

.

Le fils du meunier offre une paire de bottesau chat, illustration de Carl Offterdinger à la fin du XIXe siècle..Le fils du meunier offre une paire de  bottes au chat © Carl Offterdinger  à la fin du xixe siècle

Jean RICHEPIN

.

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s