Paul Cézanne - Le Jardinier

Paul Cézanne – Le Jardinier

Le Vieux Jardinier

Dans son jardin de roses
va le vieux jardinier.
Il n’attend rien des jours,
il sent qu’il se fait tard.

Pourtant, de ses mains dures,
il aide la jeune pousse.
La fin, il la sait proche,

– il aime ce qu’il aima.

Richard von Schaukal

*

*

Le Vieux Jardinier Emile Claus

Le Vieux Jardinier © Emile Claus

La supplique du vieux jardinier

.

Combien me reste-t-il de printemps à semer

Quand le soleil levant dissipe la grisaille?

Perce-neige et crocus, plantés dans la rocaille,

Seront les tout premiers pour venir nous charmer

L’odorant seringa, le muguet, la jonquille,

Les arbres du verger, tout habillés de blanc,

Ecoutent, stupéfaits, la grive qui babille

Et les éclats de voix d’un merle conquérant.

 *

Combien me reste-t-il détés à contempler

Quand la lune est propice au lever des semailles?

Les prés sont tout remplis de champêtres sonnailles.

Les taillis, les buissons de nids vont se peupler.

Le moineau pillera la fraise et la framboise.

Le discret chèvrefeuille embaume les matins,

La frêle campanule a des airs de bourgeoise,

Le rosier souverain exhale ses parfums.

 *

Combien me reste-t-il dautomnes à subir

Quand septembre apparaît nous tenant ses promesses?

Les jardins, les vergers dispensent leurs richesses

Et louest orageux nous frappe sans faiblir.

Laronde se rassemble et la maison frissonne,

Notre parterre accueille un dernier papillon;

Quand tout devient muet, la nature sétonne

Et le merle craintif se cache en son buisson.

 *

Combien me reste-t-il dhivers à redouter

Quand laquilon fougueux nous couvre de nuages?

Les oiseaux migrateurs quittent leurs pâturages,

Les bois tout effeuillés semblent se lamenter;

Les champs sont dépeuplés, la nature déserte,

Tout nest plus que silence engourdi de frimas,

Plus un cri, plus un chant, toute chose est inerte,

Seul, le vent mugissant sévit avec fracas.

Puissent dautres saisons maccorder un répit,

Jaime où je vis heureux, jadmire la nature,

Jécoute les oiseaux, jaime ce qui fleurit,

Mais, quand le temps viendra de lultime écorchure,

Fasse que le soleil qui toujours me sourit

Se penchera vers moi pour panser ma blessure.

 *

 Poème de Jacques-Maurice Sutherland

Le vieux  jardinier ©Guillaume Van Strydonck

Le vieux  jardinier ©Guillaume Van Strydonck

.

.

©Briton Riviere  The Old Gardener

©Briton Riviere  The Old Gardener

.

Les Fables de Florian

Illustration de J.J. Grandville. -le-vieux-arbre-et-le-jardinier

Ill  de © J.J. Grandville. le vieux arbre et le jardinier

Le vieux arbre et le jardinier.

*
Un jardinier, dans son jardin,
Avait un vieux arbre stérile ;
C’était un grand poirier qui jadis fut fertile :
Mais il avait vieilli, tel est notre destin.
Le jardinier ingrat veut l’abattre un matin ;
Le voilà qui prend sa cognée.
Au premier coup l’arbre lui dit :
Respecte mon grand âge, et souviens-toi du fruit
Que je t’ai donné chaque année.
La mort va me saisir, je n’ai plus qu’un instant,
N’assassine pas un mourant
Qui fut ton bienfaiteur. Je te coupe avec peine,
Répond le jardinier ; mais j’ai besoin de bois.
Alors, gazouillant à la fois,
De rossignols une centaine
S’écrie : épargne-le, nous n’avons plus que lui :
Lorsque ta femme vient s’asseoir sous son ombrage,
Nous la réjouissons par notre doux ramage ;
Elle est seule souvent, nous charmons son ennui.
Le jardinier les chasse et rit de leur requête ;
Il frappe un second coup. D’abeilles un essaim
Sort aussitôt du tronc, en lui disant : arrête,
Ecoute-nous, homme inhumain :
Si tu nous laisses cet asile,
Chaque jour nous te donnerons
Un miel délicieux dont tu peux à la ville
Porter et vendre les rayons :
Cela te touche-t-il ? J’en pleure de tendresse,
Répond l’avare jardinier :
Eh ! Que ne dois-je pas à ce pauvre poirier
Qui m’a nourri dans sa jeunesse ?
Ma femme quelquefois vient ouïr ces oiseaux ;
C’en est assez pour moi : qu’ils chantent en repos.
Et vous, qui daignerez augmenter mon aisance,
Je veux pour vous de fleurs semer tout ce canton.
Cela dit, il s’en va, sûr de sa récompense,
Et laisse vivre le vieux tronc.

*the old  tree and the gardener  © Henry Justice Ford

The old  tree and the gardener  © Henry Justice Ford


Comptez sur la reconnaissance
Quand l’intérêt vous en répond.

Jean-Pierre Claris de Florian. Fable II, Livre II

The Gardener  ©Bennett Frank Moss

The Gardener  ©Bennett Frank Moss

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s