L’Iris

Je t’apporte un iris cueilli dans une eau sombre
Pour toi, nymphe des bois, par moi, nymphe de l’eau,
C’est l’iris des marais immobiles, roseau
Rigide, oú triste, oscille une fleur lourde d’ombre.

J’ai brisé, qui semblait un bleu regard de l’air,
L’iris du silence et des fabuleux rivages;
J’ai pris la tige verte entre mes doigts sauvages
Et j’ai mordu la fleur comme une faible chair.

Les gestes et les fleurs, ô sereine ingénue,
Parleront pour ma bouche impatiente et nue,
Où brûlent mes désirs et l’espoir de tes mains:

Accueille ici mon âme étrangement fleurie
Et montre á mes pieds par quels obscurs chemins
Je mêlerai ta honte á ma vaste incurie.

Pierre Louÿs

.

© Claude Monet Le Jardin de Monet, « les iris « 1900

.

L’Iris

Les rayons du soleil se dardent sur l’enflure
D’un nuage opposé qui, rosoyant d’humeur,
Nous fera bientôt voir de l’Iris la voûture,
Peignant notre horizon de sa cambre lueur.

Ah ! la voici déjà, sa céleste présence
En bigarrant le ciel enfante divers ronds
Et découvre au soleil l’émail de sa naissance,
Qu’il a formé dardant sur elle ses rayons.

Elle fait d’un demi-rond seulement la ceinture
Dérobant la moitié de ce cercle à nos yeux,
Mélangeant ses couleurs de diverse peinture,
D’azur, de pourpre et d’or elle émaille les cieux.

Tel est le col doré des chastes colombelles,
Variant ses couleurs opposite au soleil ;
Mais encor de l’Iris les couleurs sont plus belles
Que l’émail colombin qui délecte notre oeil.

Allons donc à couvert, car cette messagère
De la reine des eaux vient pour nous annoncer
Que tantôt la moiteur de son arc circulaire
S’épurant de ses pleurs viendra nous arroser.

Le soleil à la nue oppose son visage
De ce bel arc-en-ciel pour former le voutis,
Jésus est le soleil, le monde le nuage,
La grâce le rayon, et la Vierge l’Iris.

   

Pierre de Marbeuf    (1596-1645)

© Van Gogh « Champ et Fleurs près d’ Arles » 1889

Iris, 1889

En mai 1889, van Gogh quitte Arles et se rend de son plein gré à l’asile de Saint-Rémy-de-Provence. Au début de son internement, comme on lui interdit d’installer son chevalet hors des murs de l’asile, il explore l’enceinte du jardin et choisit d’abord de peindre les iris. Dans une lettre à son frère Théo écrite peu après son arrivée à Saint-Rémy, Vincent mentionne « des fleurs d’iris violets et un buisson de lilas, deux motifs pris dans le jardin ».

.

© Albrecht Dürer 1503

.

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s