.À l’hirondelle 

Toi qui peux monter solitaire 
Au ciel, sans gravir les sommets, 
Et dans les vallons de la terre 
Descendre sans tomber jamais ; 

Toi qui, sans te pencher au fleuve 
Où nous ne puisons qu’à genoux, 
Peux aller boire avant qu’il pleuve 
Au nuage trop haut pour nous ; 

Toi qui pars au déclin des roses 
Et reviens au nid printanier, 
Fidèle aux deux meilleures choses, 
L’indépendance et le foyer ; 

Comme toi mon âme s’élève 
Et tout à coup rase le sol, 
Et suit avec l’aile du rêve 
Les beaux méandres de ton vol. 

S’il lui faut aussi des voyages, 
Il lui faut son nid chaque jour ; 
Elle a tes deux besoins sauvages : 
Libre vie, immuable amour. 

Sully Prudhomme

Vieille légende de l’hirondelle…

 

Le roi Salomon était parvenu à un si haut degré de sagesse, que Dieu, dit une vieille légende, se déchargea sur lui du gouvernement des animaux.

Le premier acte du monarque fut de les convoquer tous dans une vaste prairie, afin d’entendre leurs plaintes. Son intention était de supprimer tous les abus et de rendre tout le monde content. Quand ils furent réunis, Salomon s’assit sur son trône, imposa silence et donna la parole au premier qui la demanderait.

L’homme se leva aussitôt, et se plaignit du serpent, qui, depuis plusieurs siècles, se nourrissait de son sang. Le serpent en convint, mais il prétendit qu’il était dans son droit, Jéhovah l’ayant autorisé à se nourrir du sang le meilleur.

L’homme répondit qu’il y avait certainement des animaux dont le sang était meilleur que le sien. En présence de ces deux assertions contradictoires, Salomon chargea le petit insecte qu’on appelle le cousin de faire une enquête, et il lui donna un an pour goûter le sang de tous les animaux. Le cousin, sans attendre la fin de la réunion, entra aussitôt en campagne.

Juste un an après, comme il se rendait à une nouvelle assemblée de tous les animaux, il rencontra l’hirondelle.

« Où vas-tu ? lui demanda celle-ci.- Je vais à la réunion. As-tu oublié l’importante mission dont Salomon m’a chargé, l’an dernier ?- Ah oui ! je m’en souviens. Et quel est le sang le meilleur ?- Il n’y a pas à hésiter : c’est le sang de l’homme.- Tu dis ?- Je dis le sang de… »

L’hirondelle ne lui laissa pas achever sa phrase : d’un coup de bec elle lui arracha la langue. Quoique muet, le cousin se rendit à l’assemblée, et arriva en même temps que l’hirondelle.

Tous les animaux étaient déjà réunis, et Salomon venait de s’asseoir sur son trône.

« Eh bien, dit-il au cousin, quel est le sang du meilleur ? »Et le cousin de répondre en faisant : ksss, ksss, ksss. »On ne t’entend pas : parle plus distinctement.- Ksss, ksss, » reprit le cousin.

Tout le monde allait éclater de rire, quand l’hirondelle prenant la parole :

« Grand roi, dit-elle, j’ai rencontré le cousin avant l’accident qui l’a rendu muet, et je lui ai demandé que est le sang le meilleur,- Et qu’a-t-il répondu ?- Que c’est le sang de la grenouille. N’est-ce pas cousin ?- Ksss, ksss, ksss, répondit le malheureux.-

Eh bien ! reprit Salomon, puisqu’il en est ainsi, c’est du sang de la grenouille que le serpent se nourrira à l’avenir. »Le serpent n’était pas content, et il jura de se venger de l’hirondelle qui, d’après lui, aurait dû garder le silence.

Au moment où l’assemblée se retirait, que fait-il ? Il se cache dans une broussaille, et comme l’hirondelle passait près de lui, rasant le sol, il saute avec force pour la frapper, mais il ne saisit que le milieu de la queue. L’hirondelle donne un bon coup d’ailes et en est quitte pour deux ou trois plumes. C’est depuis lors qu’elle a la queue fourchue

*

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Une réponse "

  1. mathilde dit :

    L’hirondelle à bercé mon enfance du plus loin que je me souvienne, par ma mamie avec ses chansons de 14/18, ma maman, et oui presque un culte voué à cet oiseau si courageux, chez mes parents qui avait une auberge de passage ouverte jours et nuit dans la sale principale l’hirondelle avait construit son nid! et par superstition il y est resté à notre grand bonheur nous suivions l’évolution des oisillons!
    Et quand nous avons emménagé en vendée notre chaufferie s’est retrouvée certaine année avec 7 nids! ou mon François avait suspendu en dessous des cagettes pour éviter la fiente mais une année celle qui arrive la 1ère à du trouver une femelle d’un autre groupe depuis elles ne nichent plus chez nous mais tout les ans il y a une hirondelle qui arrive chez nous et qui gazouille à plein régime ,alors on peut voir une dingue qui sort dehors quelque soit le temps et les larmes aux yeux braille la fille tu es là;tu es revnue! et l l’hirondelle tourne autour d’elle , et malgré tout elle reviendra régulièrement se nounire avec son nouveau groupe et viendra seule dire en revoir cette histoire est vrais et c’est la mienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s