La légende de Rose Latulipe, aussi connue sous le nom de légende du Diable à la danse ou légende du beau danseur, est une vieille légende canadienne-française, québécoise et acadienne, se déroulant au XVIIIe siècle

Rose était la fille unique d’un dénommé Latulipe.

Celui-ci l’adorait, il tenait à elle comme à la prunelle de ses yeux. Et, il va sans dire, Latulipe ne pouvait rien refuser à sa fille.
Rose était une jolie brunette, mais un peu éventée. Elle avait un amoureux nommé Gabriel, à qui elle était fiancée depuis peu. On avait fixé le mariage à Pâques. Rose aimait beaucoup les divertissements, si bien qu’un jour de Mardi gras, elle demanda à son père d’organiser une soirée de danse. Celui-ci accepta, bien sûr, mais il fit promettre à Rose que tous les invités seraient partis à minuit car ce serait alors le Mercredi des Cendres. 

          Il pouvait être onze heures du soir, lorsque tout à coup, au milieu d’un cotillon, on frappa à la porte. C’était un monsieur vêtu d’un superbe capot de chat sauvage. Il demanda au maître de la maison la permission de se divertir un peu.
-C’est trop d’honneur nous faire, avait dit Latulipe, ôtez votre manteau, s’il vous plaît, nous allons faire dételer votre cheval. 

On lui offrit de l’eau-de-vie. L’inconnu n’eut pas l’air d’apprécier la boisson offerte. Il fit une grimace en l’avalant; car Latulipe, ayant manqué de bouteilles, avait vidé l’eau bénite de celle qu’il tenait à la main, et l’avait remplie d’alcool.
C’était un bel homme que cet étranger mais il avait quelque chose de sournois dans les yeux. Il invita la belle Rose à danser et ne l’abandonna pas de la soirée. Rose se laissa subjuguer par cet élégant jeune homme habillé de velours noir. Elle était la reine du bal.

Quant au pauvre Gabriel, renfrogné dans un coin, ne paraissait pas manger son avoine de trop bon appétit.
Une vieille tante, assise dans sa berceuse, observait la scène en disant son chapelet. À un certain moment, elle fit signe à Rose qu’elle voulait lui parler.
-Écoute, ma fille, lui dit-elle; je n’aime pas beaucoup ce monsieur, sois prudente. Quand il me regarde avec mon chapelet, ses yeux semblent lancer des éclairs.
-Allons, ma tante, dit Rose, continuez votre chapelet, et laissez les gens du monde s’amuser.
Minuit sonna. On oublia le Mercredi des Cendres.
-Encore une petite danse, dit l’étranger.
-Belle Rose, vous êtes si jolie, je vous veux. Soyez à moi pour toujours?
-Eh bien! oui, répondit-elle, un peu étourdiment.
-Donnez-moi votre main, dit-il, comme sceau de votre promesse.
Quand Rose lui présenta sa main, elle la retira aussitôt en poussant un petit cri, car elle s’était senti piquer; elle devint très pâle et dut abandonner la danse.
Mais l’étranger, continuait ses galanteries auprès de la belle. Il lui offrit même un superbe collier en perles et en or:

«Ôtez votre collier de verre, belle rose, et acceptez, pour l’amour de moi, ce collier de vraies perles.» Or, à ce collier de verre pendait une petite croix, et la pauvre fille refusait de l’ôter. 

Pendant ce temps, deux jeunes gens qui étaient allés s’occuper du cheval de l’étranger avaient remarqué de bien étranges phénomènes. Le bel étalon noir était certes, une bien belle bête mais pourquoi dégageait-il cette chaleur insupportable?

Toute la neige sous ses sabots avait fondu. Ils rentrèrent donc et, discrètement, firent part à Latulipe de leurs observations.
Le curé, que Latulipe avait envoyé chercher, arriva; l’inconnu en tirant sur le fil du collier de verre de Rose l’avait rompu, et se préparait à saisir la pauvre fille, lorsque le curé, prompt comme l’éclair, s’écria d’une voix tonnante:
-Que fais-tu ici, malheureux, parmi les chrétiens?
-Cette jeune fille s’est donnée à moi et le sang qui a coulé de sa main est le sceau qui me l’attache pour toujours, répliqua Lucifer.
-Retire-toi, Satan, s’écria le curé. Il prononça des mots latins que personne ne comprit. Le diable disparut aussitôt avec un bruit épouvantable en laissant une odeur de soufre dans la maison….

Cinq ans après, une foule de curieux s’étaient réunis dans l’église, de grand matin, pour assister aux funérailles d’une religieuse. Parmi l’assistance, un vieillard déplorait en sanglotant la mort d’une fille unique, et un jeune homme, en habit de deuil, faisait ses derniers adieux à celle qui fut autrefois sa fiancée: la malheureuse Rose Latulipe.

*

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Une réponse "

  1. lolotte dit :

    c’est une bien triste histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s