© John William Waterhouse " Gather ye rosebuds while ye may " 1909

*

John William Waterhouse  est un peintre britannique néoclassique et préraphaélite, célèbre pour ses tableaux de femmes inspirés de la mythologie et de la littérature.

Il naquit à Rome en 1849, ses parents sont les peintres William et Isabela Waterhouse. John est âgé de cinq ans lorsque la famille déménage à Londres(South Kensington), à proximité du Victoria and Albert Museum. Son père lui enseigne la peinture jusqu’à ce qu’il soit admis à la Royal Academy en 1870. Ses premières œuvres sont de facture très classique, dans l’esprit d’Alma-Tadema et de Frederic Leighton.

*

© John William Waterhouse "Ophelia " 1910

*

En 1874, âgé de vingt-cinq ans, Waterhouse présente l’allégorie classique Sleep and His Half-Brother Death à l’exposition d’été de la Royal Academy. Le tableau est très bien reçu. Presque tous les ans jusqu’à sa mort, Waterhouse présentera des tableaux à la Royal Academy. Il épouse la fille d’un professeur d’art, Esther Kenworthy, en 1883. Le couple n’aura pas d’enfant.

En 1895, Waterhouse est élu membre de la Royal Academy

*

© John William Waterhouse " The Lady Of Shallot " 1888

*

*** Son tableau le plus célèbre est The Lady of Shalott, l’étude d’une jeune fille qui meurt de chagrin parce que son amour n’est pas payé de retour par Lancelot. 

Waterhouse composera trois versions différentes de ce thème, en 1888, 1896, et 1916.

© John William Waterhouse " The Lady of Shallot Looking at Lancelot " 1894

*

Cette œuvre est la représentation d’une scène tirée du poème du même nom, écrit par Lord Alfred Tennyson en 1832, dans lequel le poète décrit le destin d’une jeune femme (librement inspirée d’Élaine d’Astolat, languissant d’un amour non partagé envers le chevalier Lancelot), enfermée pour une raison secrète dans une tour voisine du château du roi Arthur, Camelot. 

*

© John William Waterhouse " I am half-sick of shadows, said the lady of shalott "1916

 *

Ulysse et les Sirènes, 1891.

Une sirène dans la mythologie grecque a été un oiseau à demi créature et moitié femme qui attiraient les marins à la destruction par la douceurde son chant. . Selon Homère, il y avait deux sirènes sur une île dans la mer de l’Ouest entre Aiaié et les rochers de Scylla. . Plus tard, le chiffre était généralement porté à trois, et elles étaient situées sur la côte ouest de l’Italie, près de Naples.  Ils ont été diversement dit que les filles de dieu de la mer Phorcys ou du dieu-fleuve Achéloos.

 Le héros grec Ulysse , conseillé par la Circé sorcière, échappé au danger de leur chanson en arrêtant les oreilles de son équipage avec de la cire afin qu’ils étaient sourds aux sirènes, et pourtant il a pu entendre la musique et avait lui-même attaché au mât de sorte qu’il ne pouvait pas gouverner le navire de cours. 

*

© John William Waterhouse " Ulysse et les Sirènes " 1891

*

Une autre histoire raconte que lorsque les Argonauts de voile de cette façon, Orphée chantait si divinement qu’aucun d’entre eux a écouté les sirènes. Dans la légende plus tard, après une ou l’autre de ces défaillances des Sirènes suicidé. Dans l’art il apparut d’abord comme des oiseaux avec les chefs des femmes plus tard que les femmes, parfois ailées, avec des pattes d’oiseau.

 Les sirènes semblent avoir évolué à partir d’un conte primitif des dangers de l’exploration précoce combiné à une image Oriental d’une femme-oiseau. Les anthropologues expliquent l’image orientale comme une âme-oiseau – c’est à dire un fantôme ailé qui a volé la vie à partager son sort. À cet égard, les sirènes avaient des affinités avec les Harpies.

  *** The Lady of Shalott

La toile évoque le poème d’Alfred Tennyson écrit en 1832.

Élaine Astolat est enfermée dans une tour sur l’île de Shalott, en face de Camelot, une fée lui a jeté un sort. Elle ne peut voir le monde que par les reflets d’un miroir installé dans sa chambre.

Une nuit des jeunes mariés viennent se retrouver sous sa fenêtre.  » I am half sick of shadows  » said the Lady of Shalott. (Je suis malade des ombres). Lorsqu’elle voit le beau Lancelot dans son miroir elle tombe amoureuse et décide de briser son destin et de rejoindre le réel ne se contentant plus des reflets.

Elle descend au bord de la rivière, monte dans une barque après avoir écrit son nom sur la proue, et espère en descendant la rivière entrer  dans Camelot pour rejoindre Lancelot. Dans la nuit profonde on l’entend chanter pendant que son sang se glace peu à peu et que ses yeux s’assombrissent.

Elle arrive à Camelot morte. Le poème est une allégorie de la condition féminine à l’époque. Il demande aux femmes de prendre leur destin en main. Le poème et cette toile ont un énorme succès.

  Élaine d’Astolat

La mort d'Élaine d'Astolat par © Sophie Anderson

Si cette peinture est typiquement préraphaélite dans sa composition et ses tonalités, son cadrage centré, de même que le parallèle visuel entre les branches des arbres et les cheveux, les plis de la robe et la tapisserie de la jeune femme, dénotent des conventions formelles et spatiales empruntées au style néo-classique.

Le thème, lui, est typiquement préraphaélite, illustrant l’histoire d’une femme vulnérable et condamnée par le destin, enveloppée dans une lumière chaude de fin d’après-midi. La jeune femme est peinte fixant un crucifix, posé près de trois chandelles. Durant la fin du XIXe siècle, les bougies étaient souvent utilisées pour symboliser la vie : dans cette image, deux d’entre elles sont éteintes.

The Lady of Shalott a été léguée au public par Sir Henry Tate en 1894.

*

Tribute to John William Waterhouse 

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s