Le Chevet

Vue du chevet de la cathédrale et de ses trois niveaux de fenêtres. Les fenêtres des chapelles rayonnantes comme celles des tribunes sont surmontées d’un gable Il en va de même de la partie inférieure des culées des grands arcs-boutants

Le chevet est constitué par un demi-cercle situé dans la partie la plus à l’est de la cathédrale. Il correspond à l’abside de l’intérieur de l’édifice, entourée du rond-point du déambulatoire et des  chapelles absidiales Le chevet est la partie la plus ancienne du sanctuaire. Il fut bâti durant la première phase de construction, de 1163 à 1180. Une série d’admirables grands  arcs-boutants dotés d’élégants pinacles soutient son mur supérieur arrondi.

 

Arcs-boutants

Les grands arcs-boutants du chevet de Notre-Dame furent lancés par Jean Ravy et ont une portée de 15 mètres

On ne sait pas si des arcs-boutants soutenaient dès le début le chevet et le chœur. Le fait est qu’on n’en trouve actuellement nulle trace.

Au XIXe siècle, Viollet-le-Duc n’en fit pas mention non plus, et aucune source antérieure ne nous aide L’opinion la plus généralement admise est donc qu’il n’en existait pas, tout comme les actuels bras du transept n’ont jamais été soutenus par des arcs-boutants. Les divers contreforts suffisent à soutenir l’ensemble.

Les premiers arcs-boutants auraient dès lors été construits peu avant 1230, par le quatrième architecte de la cathédrale, et ce chronologiquement peu avant ceux de la nef. Comme pour la nef, leur fonction de soutien de l’édifice aurait été mineure au regard de leur rôle dans l’évacuation des eaux de pluie (voir le paragraphe concernant les arcs-boutants de la nef).

 

Ces arcs-boutants du début du XIIIe siècle furent remplacés au début du XIVe siècle par de nouveaux. Ceux-ci, d’une portée de 15 mètres, furent lancés par Jean Ravy pour soutenir le chœur et son chevet. Ils sont au nombre de quatorze autour du chœur, dont six pour le chevet proprement dit. Comme ceux du début du XIIIe siècle, ils paraissent particulièrement minces et audacieux. En effet, en plus de leur minceur source d’une apparente faiblesse, ces arcs-boutants, à l’inverse de ceux de la nef, sont percés d’un trilobe accentuant leur relative fragilité.

Le chevet est décoré de sculptures et de panneaux représentant entre autres des épisodes de la vie de la Vierge

 

Façade Est

Vue du chevet avec la flèche. Admirez les grands arcs-boutants datant du début du XIVe siècle

Les façades latérales de la cathédrale

Arc - boutant

 

Les grands arcs-boutants de Notre-Dame de Paris, d’une portée allant jusqu’à15 mètres, sont construits d’une seule volée. L’édification de tels arcs-boutants est très rare dans l’architecture gothique. Ils nécessitent en effet une culée particulièrement massive. On les retrouve autour de la nef, comme autour du chœur.

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, par   Eugène  Viollet-le-Duc 1856

Face sud de la cathédrale :

vue des grands arcs-boutants de la nef ainsi que du système d’évacuation des eaux de la grande toiture : conduites verticales, chaperons des arcs-boutants, sommets des culées et enfin longues gargouilles

La façade orientale ou « le chevet »

Les arcs-boutants, dessinés par Jean Ravy, maître d’oeuvre de 1318 à 1344, ont plus de 15 mètres de portée. Ils assurent la stabilité de l’abside et de ses trois étages en retrait. Sur leur face supérieure, les arches de pierre sont évidées pour canaliser les eaux de pluie jusque dans la gueule des gargouilles.

* * *Assister à ce rassemblement des eaux un jour de forte pluie est un spectacle que je vous conseille : prenez un bon parapluie et postez vous dans le jardin

 

Façade Est

 

C’est du côté oriental que Notre Dame prend son allure de vaisseau, avec ses haubans tendus et son mat de navire.

Rien n’est destiné à la seule décoration et ces arches de pierre qui s’élancent à l’assaut de la cathédrale sont là pour contrecarrer la poussée terrible du poids de la voûte, d’autant que les murs du choeur sont très hauts et percés d’une série très serrée de hautes ouvertures. Ici, tout est évidé pour laisser entrer la lumière : les murs, et les arcs-boutants qui les maintiennent comme autant d’étais de pierre.

 

Le Chevet

La flèche, détruite à la révolution comme le furent les statues des rois de juda que les parisiens confondirent avec les effigies des rois de france, fut redressée par Viollet le Duc

Haute de 45 mètres, elle s’élève à 90 mètres au dessus du sol. Elle pèserait plus de 750 tonnes

 

La Flèche vue Est

 

 

Vue par les peintres ou artistes 

++++++++++++++++++++++++

Livre d' heures du duc de Berry

Vers 1415, représentation de Notre-Dame de Paris dans les Très Riches Heures du Duc de Berry, dans la planche consacrée aux Rois mages.

Les Très Riches Heures du duc de Berry est un livre d’heures* que le duc Jean Ier de Berry commanda aux frères Paul, Jean et Herman de Limbourg. L’ouvrage, dont la réalisation débuta en 1411, ne fut achevé que bien après la mort du Duc et des trois peintres, emportés en 1416 par la peste. Le manuscrit est conservé au musée Condé, à Chantilly. La planche consacrée à la venue des Rois Mages montre clairement en arrière-plan les monuments de l’île de la cité à Paris où la flèche de la cathédrale est bien visible, ainsi que celle de la Sainte Chapelle.

 

Vers 1849 – Représentation de Notre-Dame sans sa flèche, par le peintre Johan Barthold Jongkind

Jongkind 1849

 

L’île Saint Louis à Paris

Le quai de Béthune dans l’île St Louis, le pont de la Tournelle et la Seine

Au fond, le chevet de Notre-Dame de Paris

Michel Delacroix Le chevet de Notre Dame en hiver

 

 

 

© Michel Colson Le Chevet

 

 

Clin d’oeil à St Michel 

St Michel librairie Gilbert Jeune

 Chimère ailée de  Henri -Alfred Jacquemart  

Saint Michel terrassant le démon de Francisque Duret dans la niche centrale.

 

 

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Une réponse "

  1. loulou dit :

    Vraiment beau cette vue du chevet. Merci pour les informations et les superbes photos.
    Je suis allée à la librairie Gilbert Jeune aussi! Je séjournais dans un hôtel du boul. Saint-Michel la première fois ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s