L’Albatros hurleur (Diomedea exulans), également appelé Grand Albatros, est le plus grand et le plus lourd représentant des  albatros

L’albatros hurleur, ou grand albatros, qui passe la plus grande partie de sa vie en vol bénéficie des vents de plus en plus rapides qui sont apparus sur l’océan Austral

En se laissant porter par le vent grâce à leurs grandes ailes, les albatros peuvent se déplacer à des milliers de kilomètres de leur nid.

L’accélération des vents leur offre de nouvelles zones de pêche.

Le changement climatique semble, au moins pour le moment, positif pour les grands albatros de l’île de Crozet : ils bénéficient de vents de plus en plus rapides dans l’océan Austral ce qui leur permet de mieux se nourrir et se reproduire, selon une étude publiée jeudi.

En suivant depuis vingt ans cette population d’albatros dont l’envergure peut atteindre 3,5 mètres (la plus grande pour un oiseau), les scientifiques ont montré comment ces volatiles ont profité de l’accélération de la vitesse du vent pour réduire leur temps passé en quête de nourriture.

 

© 2001 California Academy of Sciences

 

Jusqu’à présent, les impacts de l’évolution climatique sur la faune et la flore ont surtout été observés dans le cadre de la hausse des températures ou de la modification du régime des pluies.

«Mais on sait également que le changement climatique provoque une augmentation de la vitesse des vents marins, de 15% en moyenne», rappelle Henri Weimerskirch*

«Ils sont comme les vautours et vont chercher leur nourriture très loin», poursuit Henri Weimerskirch.

Ces grands albatros, également baptisés hurleurs, parcourent facilement 10.000 à 12.000 km à chaque rotation. Cela peut aller jusqu’à 15.000 km en une quinzaine de jours avant qu’ils ne reviennent se poser sur une des îles de l’archipel. «S’ils vont toujours aussi loin aujourd’hui, l’accélération du vent leur permet d’aller plus vite, précise encore le chercheur. Le temps passé en mer diminue de 15% à 20%.»

Dans l’archipel français des îles Crozet (région subantarctique de l’océan Indien), la vitesse moyenne du vent est ainsi passée de 8 à 10,5 mètres par seconde (m/s) au cours des vingt dernières années. «Or le vent est un élément clé pour la recherche de nourriture des albatros», poursuit le scientifique ** 

 

 

© 2007 California Academy of Sciences

 

Risque d’abandon du nid

Cette accélération a eu un double impact.

Le poids des oiseaux, tout d’abord, a augmenté d’un kilo ce qui est relativement important pour des femelles qui pèsent environ 8kg et des mâles 10kg. Mais surtout cela a permis de diminuer l’abandon des nids: l’incubation des œufs, période au cours de laquelle les deux parents se relaient sur le nid, dure en effet 80 jours.

Quand l’un part pour se nourrir, l’autre couve et jeûne en attendant son tour.

Mais si l’attente est trop longue, il risque d’abandonner le nid pour aller chercher lui-même de quoi s’alimenter.

«Au cours des 80 jours, les oiseaux alternent environ huit trajets en mer successifs. Mais auparavant ces vols pouvaient durer 13 jours au lieu de 9 aujourd’hui».

Le changement du régime des vents présente également l’avantage de déplacer les zones de chasse des albatros en les éloignant des régions où se concentrent les gros bateaux qui pêchent à la palangre, notamment les thoniers.

Des kilomètres de lignes sur lesquelles sont placés des hameçons. Certains oiseaux, attirés par les appâts, s’y accrochent et meurent.

«La population des grands albatros qui est une espèce en voie de disparition a diminué du fait de la pêche dans les années 1970», souligne Henri Weimerskirch. «Mais l’éloignement des zones de pêche et l’amélioration des conditions environnementales ont permis une stabilisation.» 

 

 

© 2004 California Academy of Sciences

 

*chercheur au Centre d’études biologiques du CNRS à Chizé (Deux-Sèvres).

** qui a piloté l’étude menée avec trois autres chercheurs de Chizé et un du Centre de recherche environnementale de Leipzig (Allemagne).

 

source Figaro par Marielle Court  et  AFP  12janvier 2012

 

Parade nuptiale d’un couple de Grands Albatros 

Archipel de Kerguelen
Terres australes et antarctiques françaises.

A la saison des amours, les couples fidèles se reforment au terme d’une parade amoureuse rythmée par des cris rauques et des claquements de becs.

 

 

 

© 2003 California Academy of Sciences

 

 

 

 

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s