La Petite Fille aux Allumettes, d’après le conte de Hans Christian Andersen

La petite fille aux allumettes (Den lille Pige Med Svovlstikkerne en danois) est un conte écrit par Hans Christian Andersen et publé la première fois le 18 novembre 1845 dans le cinquième volume de ses contes (Nye Eventyr). En cette période de fetes, de grand froid et d’appels à la soladarité, cette histoire tragique reste d’actualité….

Il faisait effroyablement froid; il neigeait depuis le matin; il faisait déjà sombre; le soir approchait, le soir du dernier jour de l’année. Au milieu des rafales, par ce froid glacial, une pauvre petite fille marchait dans la rue: elle n’avait rien sur la tete, elle était pieds nus.

Lorsqu’elle était sortie de chez elle le matin, elle avait eu de vieilles pantoufles beaucoup trop grandes pour elle. Aussi les perdit-elle lorsqu’elle eut à se sauver devant une file de voitures; les voitures passées, elle chercha après ses chaussures; un méchant gamin s’enfuyait emportant en riant l’une des pantoufles; l’autre avait été entièrement écrasée. Voila la malheureuse enfant n’ayant plus rien pour abriter ses pauvres petits petons.

Dans son vieux tablier, elle portait des allumettes: elle en tenait à la main un paquet. Mais, ce jour, la veille du nouvel an, tout le monde était affairé; par cet affreux temps, personne ne s’arretait pour considérer l’air suppliant de la petite qui faisait pitié.

La journée finissait, et ele n’avait pas encore vendu un seul paquet d’allumettes. Tremblante de froid et de faim, elle se trainait de rue en rue. Des flocons de neige couvraient sa longue chevelure blonde. De toutes les fenetres brillaient des lumières: de presque toutes les maisons sortait une délicieuse odeur, celle de l’oie, qu’on rotissait pour le festin du soir: c’était la Saint-Sylveste.

Cela, oui, cela lui fesait arreter ses pas errants. Enfin, après avoir une dernière fois offert en vain son paquet d’allumettes, l’enfant apercoit une encoignure entre deux maisons, dont l’une dépassait un peu l’autre. Harassée, elle s’y assied et s’y blottit, tirant à elle ses petits pieds: mais elle grelotte et frissonne encore plus qu’avant et cependant elle n’ose rentrer chez elle. Elle n’y rapporterait pas la plus petite monnaie, et son père la battrait.

L’enfant avait ses petites menottes toutes transies. »Si je prenais une allumette, se dit-elle, une seul pour réchaffer mes doigts? » C’est ce qu’elle fit. Quelle flamme merveilleuse c’était! Il sembla tout à coup à la petite fille qu’elle se trouvait devant un grand poele en fonte, décoré d’ornements en cuivre. 

La petite fille allait étendre ses pieds pour les réchauffer, lorsque la flamme s’éteignit brisquement: le poele disparut, et l’enfant restait là, tenant en main un morceau de bois à moitié brulé.

Elle frotta une seconde allumette: la lueur se projetait sur la muraille qui devint transparente. Derrière, la table était mise: elle était couverte d’une belle nappe blanche, sur laquelle brillait une superbe vaisselle de porcelaine. Au milieu, s’étalait une magnifique oie rotie, entourée de compote de pommes: et voilà que la bete se met en mouvement et, avec un couteau et une fourchette fixés dans sa poitrine, vient se présenter devant la pauvre petite.

Et puis plus rien: la flamme s’éteint.

L’enfant prend une troisième allumette, et elle se voit transportée près d’un arbre de Noel, splendide. sur ses branches vertes, brillaient mille bougies de couleurs: de tous cotés, pendait une foule de merveilles

La petite étendit la main pour saisir la moins belle: l’allumette s’éteint. L,arbre semble monter vers le ciel et ses bougies deviennent des étoiles: il y en a une qui se détache et qui redescend vers la terre, laissant une trainée de feu. « Voilà quelqu’un va mourir » se dit la petite. Sa vieille grand-mère, le seul etre qui l’avait aimée et chérie, et qui était morte il n’y a pas longtemps, lui avait dit que lorsqu’on voit une étoile qui file, d’un coté une ame monte vers le paradis. Elle frotta encore une allumette: une grande clarté se répandit et devant l’enfant, se tenait la vieille grand-mère.

-Grand-mère, s’écria la petite, grand-mère, emmène-moi. OH! tu va me quitter quand l’allumette sera éteinte: tu t’évanouiras comme le poele si chaud, le superbe roti d’oie, le splendide arbre de Noel.

Reste, je t’en prie, ou emporte-moi. Et l’enfant alluma une nouvelle allumette, et puis un autre, et enfin tout le paquet, pour voir la bonne grand-mère le plus longtemps possible. La grand-mère prit la petite dans ses bras et elle la porta bien haut, en un lieu où il n’y avait plus ni froid, ni faim, ni de chagrin: c’était devant le trone de Dieu.

Le lendemain matin, cependant, les passants trouvèrent dans l’encoignure le corp de la petite; ses joue étaient rouges, elle semblait sourire; elle .tait morte de froid, pendant la nuit qui avait apporté à tant d’autres des joies et des plaisirs. Elle tenait dans sa petite main, toute raidie, les reste brulés d’un paquet d’allumettes.

©Disney


La Petite Fille aux Alumettes (de Disney)

Dailymotion

un véritable chef d’œuvre de Walt Disney… D’après une liste laissée par ce dernier, son neveu Roy Disney avait faire ce court métrage pour l’intégrer au film faisant suite à Fantasia et Fantasia 2000… mais le projet ayant été abandonné, ce court ne paru qu’en de rares occasions

Histoire racontée :

Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s