Il est connu que les éléphants « parlent » entre eux. Mais ils communiqueraient aussi par le biais d’ondes sismiques.

Caitlin O’Connell-Rodwell, Roland Günther et Simon Klemperer, géophysiciens de l’Université Stanford, ont montré que les éléphants produisaient des ondes basses fréquences se propageant par le sol, sur une distance de plus de deux kilomètres.

La communication sismique est utilisée par divers animaux incluant les arthropodes, les amphibiens, et de petits rongeurs.

Les éléphants communiquent d’abord par le biais de sons ou vocalisations connus sous le nom de grondements.

Ces grondements contiennent des fréquences fondamentales dans le domaine infrasonore. Ces fréquences ne peuvent être entendues par les humains, même si leurs harmoniques sont audibles.

Les chercheurs de Stanford ont montré par ailleurs que ces grondements pouvaient constituer une source d’ondes de Rayleigh, lesquelles ont la capacité de se propager par le sol. Ils ont observé que les éléphants africains émettaient ces ondes sismiques sur une distance de 2,2 kilomètres.


« Il est possible que les éléphants utilisent les ondes sismiques lorsque la communication acoustique n’est pas idéale, ainsi que sur de courtes distances, en supplément de cette communication acoustique, » a déclaré Günther.

Les chercheurs pensent que les éléphants captent les vibrations en provenance du sol grâce à des récepteurs spéciaux situés dans leurs pattes et leurs trompes.

 

Un groupe déléphants sauvages , composé de trois femelles et de leurs jeunes ainsi que de deux mâles suiveurs déambule dans le parc national du Khao Yai en Thaïlande. Soudains, ils perçoivent les odeurs laissées par un autre groupe familial déléphants. Ils dirigent leurs trompes en tous sens afin de localiser et identifier leurs congénères. Ils lancent des appels dans différents registres sonores, faits de barrissements, coups de trompette, ronflements très graves Ensuite, ils senfoncent dans la jungle où ils rencontreront lautre groupe dans la nuit profonde. Ces images sont extraites du documentaire de Blaise Droz «Khao Yai, le pays des éléphants sauvages».


Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s