Le gui :

   En Angleterre, le gui est aussi important que le houx. Selon une ancienne légende galloise, l’usage du baiser sous une branche de gui date du temps du roi Gwydyr. Ses trois filles étaient toutes fiancées. Leurs compagnons devant partir à la guerre, ils retrouvèrent leurs promises à l’ombre de vieux chênes chargés de gui sacré et demandèrent un gage d’amour : chacune des filles du roi enleva la plume de paon qui ornait sa chevelure et l’offrit à son fiancé. « Encore » déclarèrent tendrement ceux-ci. Alors chacune des filles du roi détacha de ses cheveux la branche de houx qui soutenait la plume de paon. « Encore » supplièrent plus tendrement les fiancés.

Comme les filles du roi n’avaient plus rien à donner, elles accordèrent à leurs fiancés un baiser…

Le gui est une plante traditionnelle de la saison d’hiver. Suspendu aux lustres ou au-dessus d’une porte, le gui fait partie de l’ornementation domestique des fêtes de fin d’année.

A Noël, et particulièrement le Jour de l’an, à minuit précisément, la tradition veut que l’on s’embrasse sous une branche de gui, symbole de prospérité et de longue vie. Cela est d’autant plus curieux que cette plante porte-bonheur, le « Viscum album » est une plante parasite qui se nourrit en partie de la sève de l’arbre sur lequel elle vit.

Sa présence est signe de faiblesse pour l’arbre et finira par entraîner sa mort. Si le gui est un présage de bonheur pour l’homme, à l’inverse il n’annonce rien de bon pour l’arbre. Il n’est reste pas moins vrai que dans nos régions, le gui est symbole de l’immortalité – peut-être parce qu’il reste vert.

Cette coutume tire son origine dans les rituels et croyances des peuples celtes.
Pour les druides Celtes 

 c’ était le remède universel, la plante sacrée (guérison, protection contre toutes sortes de maux et contre les méfaits de la sorcellerie, chance); ils croyaient qu’il poussait sur les chênes grâce à une main divine.

Quand le chef des druides coupait le gui avec sa serpe en or, il le recueillait dans un drap blanc en prenant bien soin qu’il ne touche pas terre et le trempait dans l’eau lustrale. Puis quand ils le brûlaient en hommage aux divinités, ils en distribuaient aux assistants qui le suspendaient à leur cou en guise de protection, ou à l’entrée de leur maison…

Ainsi, quand ils accueillaient des invités, ils les embrassaient dessous pour leur porter bonheur.

L’expression Gui l’an neuf vient de O Ghel an Heu qui signifie Que le blé lève. Cette phrase était prononcée par les druides au solstice d’hiver lorsqu’ils coupaient le gui sacré pour montrer que la nature revivait.

Les guirlandes du sapin de Noël

La légende raconte qu’il y a très longtemps en Allemagne, une maman s’affairait à préparer les décorations de Noël; l’arbre était dressé, la maison nettoyée et les araignées chassées. Le soir, le calme et la sérénité revenus, les araignées revinrent et découvrirent le sapin, elles entreprirent aussitôt l’assaut de l’arbre, le recouvrant de leurs toiles grises et poussiéreuses.
Lors de l’arrivée du Père Noël pour la distribution des cadeaux, il fut ravi de découvrir les araignées heureuses et satisfaites de leur travail de décoration du sapin, mais il ne pu s’empêcher de penser à la tristesse de la mère qui allait retrouver son arbre décoré de toiles.  C’est pourquoi, pour satisfaire tout le monde le Père Noël transforma la décoration de fils grisâtres en fils d’or et d’argent. L’arbre de Noël se mit alors à scintiller et à briller de tous ses feux !

C’est pour cette raison que depuis, les décorations de nos sapins de Noël sont constituées de belles et brillantes guirlandes.
C’est aussi pour cette raison, que la légende dit qu’il faudrait toujours glisser, au milieu des branches de nos arbres de noël, de gentilles petites araignées.

le Poinsettia 

Il n’y a pas longtemps que l’on retrouve le poinsettia ou étoile de Noël dans nos maisons pour les fêtes de fin d’année. Pas d’ancienne légende donc pour cette plante magnifique qui a su trouver sa place sur nos tables de fêtes grâce à sa magnifique couleur verte et rouge,toute deux symboles de Noël.

La partie rouge de la plante n’est pas une fleur ,mais bien les feuilles qui prennent cette couleur.

Si elle a autant de succès ,c’est qu’elle atteint son apogée de beauté justement entre Novembre et Décembre et qu’elle se plait énormément dans la chaleur qui règne dans nos maisons à cette période.


Publicités

À propos de mimsy4818

" Même lorsque l'on croit que l'on n'attend plus rien, nous attendons toujours quelque chose ou quelqu'un…" Curieuse de tout j'aime partager tout simplement ,plutôt "electron libre " j'ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l'hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé " Un chat est un chat " un peu décalé J'aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l'architecture ,la poésie (des autres) l'actualité et ......les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s